L’Université dans une Bretagne autonome

lru-1Pour sa quatrième contribution au débat sur la décentralisation, l’UDB Jeunes laisse la parole à Victor Gallou, référent UDBy pour le Morbihan et étudiant en droit à l’Université de Bretagne Sud. Que peut penser un parti autonomiste de gauche de l’autonomie des unniversités? 

Lorsqu’on parle aujourd’hui de l’Université en France, le débat porte sur une opposition supposée entre égalité et efficacité. Certains Lire la suite

Enseignement supérieur: concentration ou répartition?

ecol2

L’IEP de Paris, organe de la production centralisée d’une classe de dirigeants, établissement privilégié et abri d’un certain laisser-aller fincancier…

La Bretagne, terre de réussite éducative, est si l’on en croit les résultats du baccalauréat 2012 la première région en pourcentage d’admis au baccalauréat général : 21 471 bretons sont donc bacheliers, dont 5 583 qui ont forcés leurs talents et obtiennent une mention bien ou très bien. Cependant il semble que la macrocéphalie française contraigne nos jeunes talents à quitter la Bretagne et donc à faire perdre à notre région les qualités intellectuels si nécessaires à l’émergence d’une Bretagne innovante et puissante sur le plan économique. En effet, en Lire la suite

Un avenir pour nos langues !

br2Labour ‘zo evit  ar re yaouank an UDB ! E keñver an digreizennadur gwir dreist-holl. Sed amañ ur pennad skrivet gant Maxime Touze, ezel ar re yaouank. An traoù-se ‘zo bet lavaret meur a wech dija met dalc’homp soñj abalamour n’eo ket echu !

Inutile de rappeler que l’avenir des langues de Bretagne et d’une grande partie des langues en France est en grand danger d’extinction. Il semblerait que seule la classe politique jacobine y soit totalement Lire la suite

Dans trente ans: une vie, un travail, en Bretagne

at4L’UDB Jeunes a apporté sa contribution aux propositions de l’UDB sur l’Acte III de la décentralisation. Pour faire comprendre la portée politique de cette réforme en cours, nous publions quatre textes écrits par des militants qui appellent de leurs voeux des transformations profondes.

Le slogan « vivre et travailler au pays » peut sembler rétro, dépassé. Pour l’apprécier à sa juste valeur, rien ne vaut l’expérience : vingt-et-un ans à Paris. Vingt et un ans au cœur d’une agglomération dont la moitié des habitants souhaiterait pouvoir vivre ailleurs, où le quotidien de centaines de milliers de travailleurs est empoisonné par des Lire la suite