LE SNU : ou comment mettre au pas la jeunesse.

ob_1302e2_snu-2.jpg

En début de cet été, nous avons pu voir la mise en place des premiers tests du SNU (Service national universel). Cette réforme voulu par le gouvernement se présentait comme une sorte de service civique dont les buts invoqués seraient l’ouverture aux autres, la découverte de la vie en communauté, une complémentarité de sa formation en tant que citoyen, faire une chose utile pour la société et enfin bien préparer son avenir. Tout cela par un encadrement militaire. Le mesure a pourtant très rapidement montré sa nature nationaliste et à la limite du lavage de cerveau mais pour quels apports pour la jeunesse ?

L’UDB Yaouank s’inquiète face à un point final d’un ensemble de mesures mis en place par la Présidence Macron et dont les seuls avantages semblent être un endoctrinement en bonne et due forme. Ainsi, le SNU rejoint l’école dite « de la confiance » de Blanquer et les autres mesures liberticides et de quasi contrôle qui ne cessent de se rajouter les unes aux autres notamment envers les jeunes. Les relents nationalistes que l’on pensait pourtant dépassés nous choquent autant par leur retour en force brusque que de par leur décalage aux défis auxquels devront faire face les générations à venir.

Ce SNU, il sera apparemment impossible d’y couper ! Si vous ou vos parents veulent résister à ce service, ce sera au prix d’une vie gâchée. Car sans le SNU, il ne sera alors pas possible de passer son BAC, permis de conduire et autres examens ou concours. En somme, c’est une mort civique.

De par la simple forme le ton est déjà donné : uniformes quasi militaire, impersonnels et stricts, encadrement par l’armée, ou encore Marseillaise pour débuter la journée avec levée des couleurs.

Nous nous inquiétons tout autant de cet encadrement militaire peut-être loin de la mentalité d’un simple service civique. Ainsi, durant ces deux semaines de test, les premiers excès « jusqu’auboutiste » de certains encadrants se sont vus pointés du doigt par des participant·e·s qui accusent des pressions, des vexations, etc. L’épisode le plus fameux fut celui de ces 25 jeunes ayant eu un malaise car devant rester debout durant une cérémonie Ô combien patriotique (le dévoilement d’une statue du Général De Gaulle). Si l’épisode tourne cette cérémonie à l’absurde, il n’empêche que cela ne laisse rien présager de bon. En effet, les réactions des autorités pour se déculpabiliser sont du même registre. Ils précisent que même certain gradés ont tourné de l’œil, que tout était prévu comme des bouteilles d’eau ou la possibilité de préciser si l’on se sent mal. Pour le député Christophe Blanchet, cela prouve que la jeunesse veut s’engager et que cela s’est vu dans ce moment délicat. D’un autre côté, la préfecture explique cet accident par « un léger coup de chaud par les températures particulièrement élevées […], associées sans nul doute à une forme d’émotion liée au caractère solennel de la cérémonie ». Bref, la jeunesse en redemanderait jusqu’au sacrifice personnel…

Le coût ensuite de ce service nous pose évidemment question. Alors que les coupes budgétaires se font dans tous les domaines y compris dans les associations qui pourraient réellement assurer un service civique digne de ce nom, le SNU coûterait au bas mot 1.5 milliards d’euros. Pour quels résultats ? Avec cette somme, qui n’est pas encore arrêtée, et qui pour certains seraient même plus élevée*, combien d’autres mesures aurions-nous pu financer tout en étant plus utiles pour notre jeunesse ? Au hasard, entretenir correctement nos écoles dont certaines tombent littéralement sur la tête des élèves ou rémunérer décemment les professeurs. Deux exemples parmi une myriade.

L’inquiétude de l’UDB Yaouank face au SNU ne fait que s’affirmer quand nous mettons en parallèle les multiples réformes qui se succèdent envers la jeunesse comme « l’école de la confiance » prête à museler les enseignant·e·s sur un schéma d‘éducation à l’ancienne ou l’obligation prochaine de scolariser les enfants dès trois ans entre autres. Ajoutons à cela les scolarités alternatives sans cesse montrées du doigt (comme le fit Blanquer au Sénat en critiquant le système Diwan) et qui connaissent toujours de nouvelles difficultés à se développer si bien que le choix de l’école républicaine est de plus en plus imposé aux parents.

Alors que Macron qualifie de « prise d’otage » les professeurs qui ont tardé à rendre les copies de bac et de brevet, nous considérons que c’est le SNU qui risque de prendre en otage toute une jeunesse ! Avec l’Etat qui s’arroge de plus en plus l’autorité des parents sur leurs enfants.

De leur prime jeunesse jusqu’à l’âge adulte, les jeunes se trouveront devant les drapeaux, entonneront la Marseillaise, seront instruits par une éducation officielle hérité de Jules Ferry et rentreront dans leur vie active par l’approbation de l’armée. Ce ne sont plus des écoles mais des casernes !

Peut-être est-ce là un moyen comme un autre de se préparer à museler une jeunesse de plus en plus en désaccord avec notre société, ses institutions, et qu’il faudrait dresser pour qu’elle rentre dans le rang macroniste. Ce n’est pas notre vision pour la jeunesse d’aujourd’hui et de demain.

A la place d’un service coûteux dont le principal fait est l’endoctrinement des jeunes vers un nationalisme français, l’UDB Yaouank préconise un véritable service civique où on garderait l’apport en termes de secourisme et de sécurité routière.  Mais on devrait également l’utiliser comme une ouverture sur l’Autre à travers un moment bénévole dans les associations d’utilité publique auprès de ceux qui ont besoin de solidarité. De plus, nous pensons que pour être de véritables adultes en pleine capacité de leur sens, un tel service serait un moment idéal à la formation au sens critique ô combien nécessaire dans le monde qui nous entoure et qui serait une véritable capacité d’ouverture d’esprit ainsi qu’un moment de mixage social dans un espace de débat et de compréhension mutuel. Nous proposons également la possibilité de stages civiques à l’étranger, notamment auprès de nos voisins européens car l’ouverture à l’Autre se fait aussi par le voyage.

Hausse des frais d’inscription pour étudiants étrangers (hors UE)

Avec l’annonce de l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants non citoyens de l’Union Européenne, le Premier Ministre attire l’attention sur une injustice flagrante et attaque une nouvelle fois les notions de solidarité et d’équité propres à la République Française et son système universitaire. A ce jour, aucun projet de loi ou amendement n’a été posé et cela rend donc difficile la critique de cette annonce autrement qu’à partir du discours prononcé par Édouard Philippe.

resize.jpg

Faculté de médecine de Nantes 

Lire la suite

Lycéens de Mantes-la-Jolie : le fameux « en même temps » macronien ?

Comme beaucoup de personnes, nous avons été choqué par les images des lycéen·ne·s de Mantes-la-Jolie, humilié·e·s par la police, dans une posture tout à fait inappropriée qui rappelle plutôt des images soit d’une autre époque soit d’une autre zone géographique actuelle où la guerre fait rage.

received_261085471233409.jpeg

Un peu partout en France, des lycéens et des lycéennes, ainsi que des gilets jaunes parfois, reprennent la posture humiliante pour protester contre le gouvernement. Tout un symbole.

Depuis deux semaines, les forces de l’ordre et le gouvernement lancent de multiples appels au calme, par craintes d’affrontements violents voire même de morts selon eux. Et dans le même temps une partie des forces de l’ordre met de l’huile sur le feu en réprimant de manière humiliante le mouvement lycéen qui manifeste contre les réformes de Jean-Michel Blanquer. Ce n’est pas que les images de Mantes-la-Jolie. Un peu partout des images affluent de la répression des manifestations étudiantes et lycéennes où la seule réponse du gouvernement est l’envoie de forces de l’ordre qui ne restreignent pas leur force, souvent face à des manifestants pacifistes. Nous ne remettons pas en cause le fait qu’il y ait des débordements, et ceux qui les commettent doivent être jugés. Mais il en est de la responsabilité de l’État qui n’a pas l’air de donner de directives auprès de ses forces de l’ordre pour éviter les bavures et les débordements. Nous nous inquiétons fortement de la réponse systématique de l’envoie de forces de l’ordre pour mater toutes les formes de révoltes sociales, le plus souvent pacifiques. C’est sans doute le en même temps macronien, qui appelle au dialogue pour éviter les tensions mais qui n’écoute personne et maintient son cap. Il est grand temps que le gouvernement ouvre les yeux et respecte un peu plus les citoyen·ne·s de ce pays, ce n’est pas parce qu’ils ne pensent pas comme lui qu’il faut les réduire au silence. Cela ne fera qu’accroître les tensions et les débordements.

Retour du service national : une décision verticale et paternaliste

running soldiers carrying weapons

En Marche… arrière toute ! Il faut dresser la jeunesse. Difficile de revenir au service militaire de nos pères mais dans le concept on s’en rapproche puisque cela se fera en internat pour une durée sans doute d’un mois.

Lire la suite

NON à la fermeture du lycée Jean-Moulin de Plouhinec !

20171216_115515

C’est encore un mauvais signal envoyé aux territoires et cette fois-ci il vient de la Région Bretagne. Le 14 décembre le conseil régional de Bretagne a voté pour la fermeture du lycée professionnel Jean-Moulin de Plouhinec, le seul lycée du Cap-Sizun ! Un lycée tourné vers les métiers de la mer (charpenterie marine notamment) qui a donc toute sa place dans le Cap-Sizun. La Région décide de suivre les recommandations du rectorat (mais qui n’avait pas encore formellement annoncé la fermeture) en abandonnant sa mission d’aménagement du territoire, d’autant plus qu’elle est propriétaire des lycées.

Le conseil régional n’est-il qu’une caisse d’enregistrement des recommandations de l’État central ? Pour nous, le rôle d’une région est de pallier à ce type de défi, pas de s’y résigner !

Lire la suite

Des inscriptions nazies gravées à Vannes par des militants de l’UNI

P1030612L’UDB Jeunes condamne avec la plus grande fermeté les inscriptions nazies gravées par les militants de l’UNI sur le campus de Tohannic à Vannes.

Samedi matin, le collectif Ai’ta! a, lors d’une action,  bilinguisé les totems de signalétique extérieure du campus de Tohannic à Vannes. Cette action légitime, réalisée de manière propre et professionnelle, résultait du refus affiché par l’Université de Bretagne-Sud d’adapter une signalétique bilingue. Lire la suite

Le point sur la mobilisation pour le breton à la fac de Nantes

logo-collectifL’UDB Jeunes avait annoncé sur ce blog la création du collectif  « Du breton à la fac« , puis sa structuration en association. Le but des étudiants et de leurs soutiens est d’obtenir le retour des cours de breton à l’Université de Nantes. Depuis ces réunions préparatoires, le collectif a testé différents modes d’actions pour faire avancer son projet. Lire la suite

Collectif pour le breton à la fac de Nantes: les premiers pas

interview du collectifNous annoncions dans notre dernier article la création du collectif « du breton à la fac de Nantes », dont la première réunion avait accueilli un public nombreux et varié. Depuis, les membres du collectif n’ont pas chômé et ont notamment donné une interview dans Lire la suite

Histoire de la Bretagne : le président du conseil régional de Bretagne répond à l’UDB Jeunes

220px-Bienvenue_en_Bretagne_historiqueEn juin dernier,  l’UDB Jeunes interpellait Pierrick Massiot, président du conseil régional de Bretagne, à propos de la diffusion du futur média de connaissance de la Bretagne voté en commission permanente à l’initiative de l’UDB. Cet outil à destination des lycéens prendra la forme d’un film de 5H retracant l’histoire, la géographie, la culture et l’économie de la Bretagne intégrera pleinement la Loire-Atlantique. Ce département n’étant pas sous la responsabilité de la Région Bretagne nous nous interrogions donc sur les moyens qui seront mis en Lire la suite